CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

mardi 21 novembre 2017

Une pluie d’or pour les bouchers fribourgeois


Les bouchers fribourgeois ont obtenu 23 médailles d’or, 11 d’argent et 10 de bronze. 
Jambon de la Borne © Vincent Murith-archives


Neuf concurrents fribourgeois, dont Micarna et la Jambonnière, viennent de remporter 23 médailles d’or, 11 d’argent et 10 de bronze lors du concours de la qualité organisé dans le cadre du Salon de la viande, à Bâle. é

 Les boucheries Micarna, à Courtepin, et La Jambonnière, à Mézières, se sont particulièrement illustrées en décrochant respectivement neuf fois et cinq fois l’or. Elles ont par ailleurs toutes deux remporté le «Prix des meilleurs» pour avoir obtenu des médailles lors des quatre dernières éditions du concours, tout comme la Boucherie Blanc, à Châtel-St-Denis, et la boucherie Deillon, à Romont. Plus de 750 produits étaient en lice lors de cette compétition organisée par l’Union professionnelle suisse de la viande.

Palmarès complet à retrouver sur le site carnasuisse.ch

La bière suisse a cartonné grâce à la canicule




Grâce aux températures records de juin, les ventes de bière en Suisse n'ont que légèrement reculé au terme de l'année brassicole 2016/2017, close fin septembre. Tandis que les importations ont chuté de 3,5%, les brasseurs helvétiques ont triomphé. La consommation globale s'est légèrement tassée de 0,2% en comparaison annuelle à 4,61 millions d'hectolitres, annonce mardi l'Association suisse des brasseries (ASB).

Néanmoins, l'exercice s'est avéré fructueux pour les quelque 830 brasseurs indigènes. Après avoir pâti du renforcement de la concurrence étrangère, les brasseries locales ont regagné du terrain. Leurs ventes totales ont augmenté de 0,9% sur un an pour atteindre 3,47 millions d'hectolitres. Lors de l'année brassicole précédente, elles s'étaient contractées de 0,7%. Les importations ont en parallèle diminué à 1,14 million d'hectolitres.

La météo décisive

Le mois de juin, le deuxième le plus chaud depuis le début des mesures, a connu un bond de 9,6% des ventes de bière. Dans un marché suisse qui stagne, cet élément a permis de compenser les ventes poussives du premier trimestre. Les grands événements sportifs - tels que le championnat d'Europe de football l'année dernière - avaient eu moins d'impact.

Au final, la part de marché de la bière suisse est passée de 74,3% à 75,2%, tandis que l'explosion de brasseries «artisanales» dans le pays se poursuit. A fin septembre, l'administration fédérale des douanes enregistrait 833 fabricants, contre 734 voici un an, même si une cinquantaine d'entre eux concentrent l'essentiel de la production.

ATS

Le revenu moyen des ménages suisses est de 6957 frs


Photo prétexte


En 2015, le revenu moyen disponible des ménages en Suisse s'est monté à 6957 francs par mois. Une grande partie est consacrée à la consommation de biens et services, soit 5298 francs. Pour les loisirs et la culture, les ménages dépensent en moyenne 557 francs. C'est ce qui ressort des résultats de l'enquête sur le budget des ménages publiée mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les 6957 francs calculés pour 2015 comprennent les revenus de tous les membres d'un ménage, se composant en moyenne de 2,17 personnes. Tous les ménages ne touchent cependant pas cette somme, précise l'OFS: en 2015, 61% des ménages disposaient d'un revenu disponible inférieur à la moyenne suisse.



Dépenses obligatoires

Le revenu disponible moyen est obtenu en déduisant du revenu brut les dépenses obligatoires. Celles-ci se sont élevées en 2015 à 2990 francs par mois, ou 30% du revenu brut. Les impôts ont représenté le poste le plus important, avec 1208 francs par mois (12,1%).

Dans les dépenses obligatoires, les cotisations aux assurances sociales représentent 9,8% du revenu brut, de même que l'AVS et la caisse de pension, les primes de l'assurance maladie obligatoire 5,9% et les transferts monétaires à d'autres ménages comme les pensions alimentaires 2,2%.

Logement et énergie

Le revenu disponible est principalement consacré à la consommation de biens et de services (53,3% du revenu brut). Les dépenses pour le logement et l'énergie pèsent le plus sur le budget, avec 1460 francs ou 14,7% du revenu brut.

Autre poste important, les loisirs et la culture représentent 5,6%. Il inclut les services sportifs et récréatifs (103 francs par mois), les services culturels (82 francs pour les théâtres, concerts, cinémas, musées, la redevance radio et télévision) mais aussi les dépenses pour les animaux domestiques.

Ces dernières s'élèvent à 29 francs par mois pour tous les ménages. Ce montant est bien sûr plus important si l'on considère uniquement les ménages avec des chiens ou des chats: il se monte alors à 89 francs par mois. La part que représentent ces ménages (27,3%) est restée stable ces dernières années.

D'autres postes considérables sont les dépenses pour les transports (7,6%), pour les produits alimentaires et les boissons non alcoolisées (6,3%). Les primes des assurances-maladie complémentaires et des autres assurances ne sont pas considérées comme des dépenses de consommation, mais sont aussi prélevées sur le revenu disponible. En 2015, les ménages y ont consacré 3,2% de leur revenu brut.

Ce qui reste

Au final, en 2015, il restait en moyenne aux ménages 1388 francs par mois à disposition, soit 14% du revenu brut. Les ménages disposant d'un revenu brut inférieur à 5000 francs n?ont en général pas été en mesure de faire des économies. Leurs dépenses ont souvent été supérieures à leurs revenus.

Ce constat s'explique notamment par la part relativement importante de ménages de retraités (54%) dans cette catégorie de revenus, qui financent une partie de leurs dépenses en puisant dans leur fortune.

Principalement par le travail

Le travail est à l'origine de 76,1% du revenu des ménages. Deuxième source, les rentes et transferts sociaux (18,3%). Pour une grande partie des ménages, les revenus de la fortune n'ont joué qu'un rôle secondaire (4,4% du revenu brut). Ils n'ont représenté plus de 5% du revenu brut que pour un septième des ménages.

Les transferts monétaires provenant d'autres ménages privés ont contribué pour 1,2% au revenu brut. Pour un ménage sur quarante, essentiellement des familles monoparentales, ces transferts ont atteint plus d'un quart du revenu brut.

ATS

lundi 20 novembre 2017

De magnifiques sculptures végétales à partir de simples feuilles de papier


Avec des ciseaux et un peu d’imagination, il est possible de tout créer en papier. Kate, elle, a choisi de s’inventer un petit monde végétal. Cette artiste plie, tord et colore le papier pour en faire des sculptures magiques qui trouveraient parfaitement leur place au milieu des bois. Entrez dans son univers botanique où champignons, nids, ruches et même animaux sont faits de papier.

Au fil des saisons, la nature nous enchante au travers des merveilles qu’elle renferme, grandes comme petites. Et pour Kate Kato, toutes ces merveilles sont ancrées dans son quotidien. Artiste botanique originaire du Pays de Galles, elle est fascinée depuis son plus jeune âge par les illustrations botaniques et autres planches sorties de recueils d’Histoire Naturelle. Une passion qu’elle retranscrit dans ses œuvres d’art : de petites sculptures aussi fragiles et délicates que les modèles dont elles s’inspire.


















On se laisse facilement tromper par ces magnifiques sculptures qui semblent avoir été directement ramassées en forêt ou capturées. Le papier étant une matière difficile à travailler mais permettant toutes les fantaisies, on ne peut qu’admirer le talent exceptionnel de Kate, talent qu’elle perfectionne depuis des années. Si vous souhaitez découvrir les autres réalisations de Kate, vous pouvez vous rendre sur son compte Instagram. Et si vous souhaitez que l’une de ses sculptures viennent donner une touche végétale à votre intérieur, n’hésitez pas à visiter sa boutique Etsy.

Personne remarquable : le sergent Rafael Souza


Un policier qui était dans une pharmacie de Sao Paulo avec son enfant dans les bras a été menacé par deux voleurs armés. Il a donc fait usage de son arme pour les neutraliser alors qu'il n'était pas en service sans lâcher son enfant : deux morts.

La scène s'est déroulée le 18 novembre dans une pharmacie de Sao Paulo. Le sergent Rafael Souza, sous-officier de la police militaire, y faisait quelques emplettes en compagnie de sa femme, en dehors de ses heures de service en tenant son fils dans les bras, lorsque deux voleurs armés ont fait irruption dans l'échoppe.

Les deux malfrats abattus

Geste fatal : selon le quotidien brésilien O Estado de S. Paulo, quand un des deux opportuns a pointé son arme sur eux, le policier a vu rouge. Il a dégainé son arme de service et fait feu à plusieurs reprises, sans même lâcher son enfant. Il a ensuite confié son enfant à sa femme paniquée, comme on peut le voir sur les images. Les deux voleurs abattus étaient morts avant l'arrivée des secours, qui n'ont pu que prononcer leur décès.

ATTENTION, LES IMAGES SONT SUSCEPTIBLES DE HEURTER LA SENSIBILITÉ




Une situation similaire étaient déjà survenue en 2014 à Campinas, près de Sao Paulo, lorsqu'un policier avait dû neutraliser un criminel qui l'avait attaqué alors qu'il tenait sa fille de trois mois dans les bras. Pour appréhender le malfaiteur tout en faisant usage de son arme à feu, il avait dû lâcher l'enfant qui n'avait été que légèrement blessé.

Les pommes et les poires manquent à Fribourg



L’heure du bilan est rude pour les producteurs de fruits en Suisse. L’épisode de gel printanier, le pire depuis 25 ans, aurait entraîné des pertes estimées à plus de 70 millions de francs selon les chiffres provisoires de la branche.

Pour certains producteurs, la perte est presque totale. Si l’ensemble du pays est touché, ce sont les régions de la Suisse centrale et orientale qui ont été le plus frappées. Dans le canton de Fribourg, ce sont les pommiers et les poiriers qui ont le plus souffert de ces gelées printanières. Des importations, de pommes notamment, seront nécessaires pour couvrir les besoins du marché suisse cette année. 

Le créateur de Paypal construit une île où les riches seront débarrassés des politiciens…




Peter Thiel, co-fondateur du célèbre Paypal, vient de dévoiler son nouveau projet d’envergure pour le moins douteux. L’homme prévoit la création d’une île artificielle au beau milieu du Pacifique d’ici 2020, où les riches seront débarrassés des politiciens.

Financé par le milliardaire américain Peter Thiel, cofondateur de Paypal et soutien indéfectible de Donald Trump, l’institut Seasteading planche sur un ensemble d’îles artificielles au beau milieu de l’Océan Pacifique, qui pourraient être reconnues comme un État à part entière. Plutôt optimiste, il prévoit même l’inauguration d’une première île d’ici 2020. Selon Joe Quirk, son président, il s’agira « d’un pays start-up permettant à terme de créer une grande diversité de gouvernements pour une grande diversité de personnes ».

Parmi les principales motivations de Seasteading, la volonté de « libérer les citoyens qui le souhaitent de l’influence des politiciens en réécrivant les règles de gouvernance d’un pays que l’on aura choisi ». En d’autres termes : un pays flottant où les riches ne devront rien aux hommes politiques. Un projet fou qui avance d’ailleurs à grands pas, puisqu’un peu plus tôt cette année, le gouvernement de la Polynésie française a autorisé Seasteading à commencer ses essais sur une quarantaine d’hectares situés au large de Tahiti.



Menacée par la montée des eaux, la Polynésie s’intéresse de près à ce projet d’île artificielle, dont la construction pourrait débuter bientôt. Chaque structure flottante pourra accueillir des maisons, hôtels, bureaux et lieux divers pour un coût flirtant avec les 60 millions de dollars, et chaque acheteur devra débourser la « modique » somme de 15 millions de dollars pour s’offrir l’un de ces blocs. L’archipel artificiel se voudra d’ailleurs écologique, avec des constructions dont les toitures seront végétalisées et constituées de bois local, de fibres de bambou et de coco et de matériaux recyclés.

La société Blue Frontiers, qui gère le projet polynésien pour le compte de Seasteading, espère lever 60 millions de dollars d’ici 3 ans afin de financer son chantier flottant, en utilisant des monnaies virtuelles comme le Bitcoin. Enfin, si le projet prévoyait à l’origine d’investir les eaux internationales, il semble que ses concepteurs aient depuis revu leur copie en préférant installer leurs îles artificielles dans les eaux territoriales, la proximité des côtes permettant notamment à leurs richissimes habitants de se replier sur la terre ferme en cas de fortes tempêtes.

Si ce caprice de milliardaire semble surtout pensé pour permettre à ses futurs richissimes habitants de réduire leur facture fiscale, les technologies qu’il emploie pourraient se révéler cruciales pour certains pays, qui devront faire face à la montée des eaux dans un futur proche.