JE SUIS D'ICI !

dimanche 16 juillet 2017

Comment passer des vacances abordables en Suisse

Séjourner dans un camping permet d'épargner un peu le budget familial
(Keystone)


La Suisse est un des pays les plus chers du monde. Quelques conseils et astuces peuvent cependant contribuer à mettre le pays à la portée des petites bourses.

La Suisse est certainement un îlot de cherté. La force du franc gonfle encore les prix pour les touristes étrangers et nombre d’entre eux renoncent à venir y passer leurs vacances.

Que le pays soit cher est indiscutable et on ne peut rien y changer. Mais les conseils et les informations réunis ici peuvent vous aider à éviter que votre séjour en Helvétie ne tourne au désastre financier.

Bien choisir le lieu et la saison 

Le meilleur moyen de ne pas trop dépenser en Suisse est d’éviter les destinations touristiques les plus courues. Les panoramas alpins sont sans doute impressionnants, mais les remontées mécaniques et les restaurants de montagne ont leur prix et une excursion dans la région de la Jungfrau ou sur le Pilatus peut vite se monter à plusieurs centaines de francs si l’on compte également le transport depuis l’aéroport et les repas. Il y a cependant dans le pays de nombreux autres endroits très beaux qui valent la peine d’être découverts. Vous trouverez ici des offres à prix relativement bas rassemblées par Suisse Tourisme et, si vous comprenez l’allemand, vous pouvez découvrir ici ou là des offres actuelles pour les familles.

En voyageant en été plutôt qu’en hiver, le temps doux vous permettra de réaliser des économies conséquentes sur le logement et les repas. Parce que, évidemment, il n’est pas idéal de dormir dans le foin ou de manger dehors lorsque le mercure tombe sous le zéro degré. Toutefois, si vous venez en Suisse pour les sports d’hiver, choisissez des petites stations plutôt que les destinations les plus réputées telles que St. Moritz, Zermatt ou Davos. Ou, au lieu de vous ruiner en téléskis, allez faire du ski de fond dans le Jura.

Transports 

Les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) ont mis sur pied une gamme spéciale de billets pour les touristes étrangers. Le Swiss Travel Pass est disponible en plusieurs variantes qui vous permettent de circuler librement dans toute la Suisse, que ce soit en train, en car ou en bateau. Vous pouvez par exemple sillonner librement tout le pays pendant trois jours pour 216 francs. La Swiss Half Fare Card, coûte 120 francs pour un mois et vous permet de voyager à moitié prix en train, en bus, en bateau et sur la plupart des chemins de fer de montagne. Pour les familles, il est aussi bon de savoir que les enfants de moins de 6 ans voyagent gratuitement en Suisse. Et ceux qui ont de 6 à 16 ans vous accompagnent gracieusement si vous avez demandé la Swiss Family Card qui, elle aussi, ne coûte rien.

Et essayez de vous déplacer le plus possible à pied. Les villes suisses ne sont pas trop grandes et vous pouvez sans problème explorer les centres-villes historiques sur vous deux jambes. En outre, dans certaines villes, il est possible de louer un vélo contre un faible émolument ou même gratuitement.

Même si le prix de l’essence est parfois un peu plus bas en Suisse que dans les pays limitrophes, les places de parking sont en revanche très chères, en particulier dans les grandes villes. Certaines d’entre elles cherchent cependant à faciliter un peu la vie des visiteurs, à l’instar de Genève où un macaron vous permet de stationner une journée en zone bleue pour le prix de 20 francs. À Zurich, il vous en coûtera 15 francs. Suivant les villes, ces cartes peuvent être retirées auprès de la police municipale, dans les kiosques ou aux automates des transports publics. À Genève, le macaron est en vente au service du stationnement et dans des parkings. À Bâle, il est possible de le commander en ligne et de l’imprimer soi-même. Les zones blanches où vous pouvez parquer sans restriction ont, elles, presque totalement disparu.

Dormir

Les hôtels sont vraiment chers et il est tout à fait normal d’y payer de 80 à 200 francs par nuit et par personne. Si vous souhaitez un certain standing, il faudra débourser de 300 à 400 francs. Le seul avantage: de nombreux hôtels offrent, outre la nuit, une carte d’hôte (voir encadré). Quelques hôtels se sont rassemblés dans Swiss Charme Hotels. En cherchant sur leur plateforme de réservation, vous pourrez trouver quelques bonnes affaires à moins de 80 francs. Mais il y a des alternatives bien plus avantageuses si vous être prêts à quelques concessions en matière de confort:
Le camping: Camper est certainement moins coûteux que de passer la nuit à l’hôtel, même si, malheureusement, les places de camping ne sont pas vraiment bon marché en Suisse. Les prix s’établissent en fonction de la parcelle, du nombre de personnes, de la taxe de séjour et de suppléments, pour la voiture ou le chien par exemple. Les différences de prix d’un endroit à l’autre sont impressionnantes et il vaut la peine de comparer sur Internet. Le camping Eichholz à Wabern près de Berne est, lui, exemplaire: une famille avec deux enfants, une tente et une voiture s’en sort avec 36.50 frs par nuit. Seul le camping sauvage revient moins cher. Il n’est en principe pas interdit en Suisse sur le domaine public, si l’on excepte les réserves naturelles. Respectez cependant les panneaux d’interdiction. Vous pouvez aussi essayer de trouver un agriculteur qui vous autorise à monter votre tente dans son champ. Et vous avez le droit de passer une nuit dans votre camping-car ou votre voiture sur une aire d’autoroute.

Passer la nuit dans la paille permet d'économiser. A condition de ne pas être allergique...
(strohadel.ch)


Dormir sur la paille: Dormez à la ferme! C’est non seulement moins cher que l’hôtel, mais cela vous donnera un aperçu de la vie dans les campagnes suisses. Le petit-déjeuner comprend souvent des produits du terroir et est en général inclus dans le prix. Et, le plus souvent, vous ne payez rien pour parquer votre voiture. Certains agriculteurs offrent d’autres prestations, des paniers repas au wifi gratuit, ou viennent vous chercher. Une nuit sur la paille coûte de 25 à 30 francs par personne. Ceux qui souffrent d’allergie préféreront une chambre familiale. Vous pouvez comparer les offres et choisir en ligne.

Chez l’habitant: Les hébergements privés tels que Bed & Breakfaste, airbnb ou couchsurfing se sont également multipliés en Suisse au cours des dernières années. Si vous cherchez bien, vous trouverez des opportunités très avantageuses de passer la nuit, même s’il y a beaucoup d’offres de luxe. Un autre avantage: vous rencontrerez des gens et découvrirez plus facilement le pays que dans un hôtel anonyme.

Les maisons des amis de la nature: Celui qui souhaite simplement se détendre dans la nature et sait apprécier la simplicité se sentira chez lui auprès des Amis de la Nature. Leurs maisons, des sortes d’hôtels, sont souvent situées dans des endroits attrayants, que ce soit à la lisière d’une forêt, sur les hauteurs, dans un domaine skiable, une région de randonnées ou encore sur les rives d’un cours d’eau ou d’un lac. Une nuitée dans le dortoir d’une maison des Amis de la Nature coûte de 10 à 30 francs par personne. Sur leur site, vous pouvez mener votre recherche par région ou par activité (randonnée, ski, natation ou raquette, etc).

Les cabanes de montagne offrent un confort limité, mais une expérience unique.
(Keystone)


Cabanes dans les Alpes: Les 152 cabanes du Club Alpin Suisse CAS offrent un hébergement très simple. Un adulte payera de 20 à 40 francs pour y passer la nuit.

Auberges de jeunesse: Une nuit dans une chambre commune des Auberges de jeunesse suisses coûte dans les 40 francs. Nombre d’entre elles présentent des offres spéciales. Ainsi, actuellement, celui qui dort à Crans-Montana se voit offrir une carte d’une journée pour les remontées mécaniques. A Baden, vous recevez le Cityticket Baden qui vous permet d’utiliser les transports publics et vous donne libre accès à la piscine, au musée et au casino.

Vol au-dessus de trois cabanes du Club alpin suisse (SRF, 12.09.2011)


Repas

Manger au restaurant en Suisse est cher et il vaut mieux l’éviter. Pique-niquez dans les parcs! Vous trouverez dans les supermarchés des aliments ou des mets typiquement suisses pour lesquels vous n’aurez pas besoin d’emporter votre vaisselle, tels que la viande séchée, les pâtés, la tresse au beurre ou encore des salades de cervelas dont l’emballage comprend une fourchette… En outre, peu avant la fermeture, les supermarchés liquident à moitié prix certains produits frais qui arrivent à échéance. «Prix Garantie» chez Coop et «M Budget» chez Migros sont des gammes de produits à bas prix. Aldi et Lidl sont parfois encore meilleur marché, mais sont rarement situés dans les centres-villes.

À Fribourg, Berne ainsi que dans d’autres grandes villes alémaniques, il existe des Äss-bar, dont le nom fait allusion à la fois à mangeable et à des bars où manger. Ces commerces luttent contre le foodwasting et proposent à prix avantageux le pain, d’autres produits de boulangerie et les boissons de la veille. Les frigos à restes constituent un autre projet pour lutter contre le gaspillage de nourriture. Les privés et les entreprises y déposent les aliments dont ils n’ont pas usage. Tout le monde peut s’y servir et c’est gratuit. Jusqu’à présent, ces frigos n’existent qu’en Suisse alémanique.

Si vous voulez malgré tout vous attabler dans un restaurant, faites-le à midi. Les repas servis en milieu de journée sont bien moins chers que ceux du soir. En outre, différents self-services (Migros, Coop, Manora) sont un peu meilleur marché. Dans plusieurs villes alémaniques (Bâle, Berne, Lucerne et Zurich), il existe des carnets de réductions que vous trouverez sous le nom de «Prozentbuch». Vous payez 45 francs pour un livret contenant près de 90 bons pour des restaurants, la vie nocturne et les loisirs. La plupart suivent le principe du 2 pour 1, soit deux hamburgers, boissons, plats principaux ou encore billets d’entrée pour le prix d’un.

Buvez de l’eau courant plutôt que de l’eau minérale et remplissez votre bouteille aux fontaines que vous trouverez un peu partout. En Suisse, la qualité de l’eau courante est excellente. Une petite anecdote: les fontaines situées à proximité des sources d’eau minérale en délivrent également. C’est notamment le cas à Scuol, Bad Ragaz, Yverdon-les-Bains et Schinznach.



Vidéo sur le musée en plein air de Ballenberg



Le musée en plein air de Ballenberg est à première vue cher. Mais il existe des packages intéressants. Par exemple, nuitée + petit-déjeuner + entrée pour le prix de 75 francs.

Musées

Difficile à croire, mais certains musées de Suisse sont vraiment gratuits. Quelques exemples:
Le Musée palafittique de Lüscherz fournit un éclairage sur la vie des premières communautés paysannes des bords du lac de Bienne entre 4000 et 800 avant J.-C.

L’exposition permanente de la Collection suisse du théâtre de Berne invite à parcourir l’histoire du théâtre, des grandes tragédies grecques aux drames shakespeariens jusqu’au théâtre contemporain.

En visitant la Collection d’instruments de musique de Willisau vous pouvez également essayer de jouer vous-même du serpent, un instrument traditionnel à vent, ou du Hackbrett, une cithare de table à cordes frappées. Malheureusement, les heures d’ouverture sont très restreintes.
Les archives Thomas Mann de l’EPF Zurich sont ouvertes au public et l’accès à la collection est gratuit.

Le Jazzorama d’Uster donne un panorama de l’histoire du jazz avec des extraits de musique et de films, des photos, des affiches et des objets.

L’accès à la collection permanente du Kunsthaus de Zurich est gratuit tous les mercredis.

L’entrée sera libre tous les samedis du mois d’août dans les musées de Berne.

L’accès au Musée zoologique de l'université de Zurich est également libre. Il organise en outre gracieusement des visites guidées et des ateliers pour les familles.

Et si vous vous intéressez à la vie politique suisse, les visites guidées gratuites du Palais du Parlement à Berne sont faites pour vous!

Vous pouvez visiter librement les expositions permanentes de l’un des plus prestigieux laboratoires scientifiques du monde, le CERN, situé à Meyrin près de Genève. Les visites guidées sont également gratuites.





Des choses à faire ou à voir qui ne vous coûteront rien 

Empruntez d’abord auprès de Züri rollt un vélo gratuit afin de vous épargner les transports publics, assez onéreux. Seule exception: un trajet dans le funiculaire nostalgie de Zurich, le Polybähnli, ne coûte qu’un franc vingt et sera particulièrement apprécié par les enfants. Partant de la station Central, il grimpe dans le quartier de l’université où vous bénéficierez d’une magnifique vue sur la ville depuis la terrasse de l’École polytechnique fédérale. Et si vous n’aimez pas le vélo, achetez une ZürichCard.

Si vous comprenez l’allemand, vous pouvez participer à une des visites guidées gratuites organisées par le Département des constructions dans le centre-ville ou dans des quartiers choisis. 

L’association Free Walk Zürich offre, elle, toutes sortes de visites de la ville en différentes langues. Vous pouvez également participer gratuitement ou à bas prix à l’une des nombreuses manifestations ou conférences organisées principalement en allemand et en anglais par l’Université de Zurich. 

L’entrée dans les églises est en général libre en Suisse, mais le célèbre vitrail de Chagall au Fraumünster de Zurich fait exception. Oubliez cette ancienne église abbatiale et rendez-vous au Grossmünster, de l’autre côté du pont sur la Limmat. Seul l’accès à la tour y coûte quelque chose. 

Il y a sur les rives du lac de Zurich de nombreuses criques où l’on peut se baigner. Et l’entrée est gratuite pour les bains de l’Unterer Letten et de l’Oberer Letten ainsi que pour le Männerbad qui, comme son nom l’indique, est réservé aux hommes. 

Et allez sur la colline du Lindenhof ! Ce jardin public chargé d’histoire offre non seulement une belle vue sur les toits de la vieille ville, la Limmat et la colline de l’Université, mais vous pourrez aussi vous y détendre en regardant les parties de pétanque. 

L’entrée du Jardin botanique de l’Université de Zurich est elle aussi libre. Il réunit quelque 9000 plantes différentes sur une surface de 53'000 m2. Une grande prairie, un étang et une cafétéria vous y invitent à prendre votre temps. Son ancêtre, l’ancien jardin botanique de Zurich, est également librement accessible, mais il est si bien caché dans la vieille ville que seuls les initiés le connaissent. Il recèle un jardin de plantes aromatiques médiévales.

Le cœur bien accroché

Les plus courageux d’entre vous devraient s’aventurer sur les téléphériques du canton d’Uri. Les cabines sont pour la plupart ouvertes et les vues plongeantes qu’elles offrent sont spectaculaires. Elles n’ont d’ailleurs pas été construites pour les touristes mais pour l’exploitation des alpages. Elles donnent cependant accès à des points de départs idéaux pour des randonnées en altitude ou pour faire de l’escalade.

Economisez avec les cartes d’hôte

Dans de nombreuses régions, lorsque vous passez une nuit à l’hôtel, vous recevez ou pouvez acheter à un prix avantageux une carte d’hôte qui vous permet d’emprunter les transports publics et inclut des réductions sur les remontées mécaniques, les bateaux et certaines attractions. Quelques exemples: 

Fribourg: FriPass
Tessin: Ticino Ticket 
Oberland bernois: Regionalpass Berner Oberland
Suisse orientale/Liechtenstein: Oskar


La montagne à prix abordable

Voici de belles expériences en altitude qui ne reviennent pas trop cher. «Pas loin de la ville et facile:

l’Uetliberg, avec vue sur Zurich et son lac!»

«Melchsee Frutt, on peut y monter en voiture.»

«Avec la télécabine de Rarogne à Unterbäch, dîner là et redescendre à pieds. Ou le contraire. A Rarogne, visiter la belle église et la tombe de Rilke.»

«Pour les familles, l’entrée au Musée du Ballenberg est avantageuse et comme il y a des emplacements pour les grillades, il n’y a pas besoin d’aller au restaurant.»

«Allez dans le Toggenburg... génial pour la randonnée ou simplement pour le plaisir!»

«Le sommet du Weissenstein (SO): Montez avec la télécabine et vous trouverez de très beaux chemins de randonnée!»

Sibilla Bondolfi